Skip to main content

Le cube du Sepher Yetsirah selon Carlo S...

Le cube du Sepher Yetsirah selon Carlo Suarès

I.13 : « Cinq : Il scella le dessus et tourné vers le haut, il le fixa avec YHV. Six : Il scella le dessous et tourné vers le bas, il le fixa avec YVH. Sept : Il scella l’Est et tourné vers l’avant, il le fixa avec HYV. Huit : Il scella l’Ouest et tourné vers l’arrière, il le fixa avec HVY. Neuf : Il scella le Sud et tourné vers la droite, il le fixa avec VYH. Dix : Il scella le Nord et tourné vers la gauche, il le fixa avec VHY ». Version du Sepher Yetsirah tirée de Lewin-Epstein, Ltd. Israël, Jérusalem.

Satân par Carlo Suarès

Satân par Carlo Suarès

Par Carlo Suarès Sîn 300 ש| Teith 9 ט| Noun (50) final 700 נ Sîn est le même signe que Schîn, sauf que Schîn est surmonté d’un point sur la branche droite et que le point de Sîn est à gauche. Leur nombre est le même : 300. Ils représentent tous deux l’agent actif de […]

Le Code Aleph, par Carlo Suarès

Le Code Aleph

En ce qui concerne la création d’Adam et de Eve, nous espérons que vous avez admiré la manière avec laquelle la déité a rendu complexe cette opération. Pour elle, qui avait dû simplement parler afin de créer l’univers en un temps très court, pourquoi a-t-il été nécessaire, avant de créer l’homme et la femme, de se réduire elle-même à des proportions humaines ? Tout ce que nous désirons souligner est que des esprits sérieux, incapables d’accepter certaines parties du texte, passent simplement les passages les plus troublants, les plaçant, en fait, en dehors de la Révélation à proprement parler.

Coïncidence par Carlo Suarès

Coïncidence par Carlo Suarès

J’appelle coïncidence la fusion d’un monde objectif et d’un monde subjectif. Cette fusion n’est ni un monde ni l’autre, participant des deux à la fois. Elle est un monde et l’autre, et encore un troisième, réunis en une signification commune, à la fois exprimable et inexprimable, rationnelle et irrationnelle, signification mouvante et à tout instant prévisible, signification sans signes : souffle, renouvellement de création. J’appelle condition humaine le lieu de cohabitation d’un monde objectif et d’un monde subjectif qui ne coïncident pas.