Par Auguste-Edouard Chauvet

La Clé Explicative

Je considère que tout porteur d’une semblable clef, se doit d’être â même de pouvoir pénétrer au-delà des Causes, des Principes, des Puissances, des Concepts, des Idéations, des Archétypes, des Pensées, en un mot être capable de sonder la Grandeur, la hauteur, la Profondeur des choses de Dieu.

(Eph. 3 – 18:1 – Cor. 2 – 6:7)

Dieu, l’Immuable Vie en Soi, le Tout Esprit, le Sans Cause, en pensant se manifeste Verbe-Créateur, Esprit – Cause – Active – Expansive de l’Ame divine d’ADAM אדם à travers l’Infini.

ADAM, Principe animateur de Vie, double en son Essence comme son créateur à la fois Actif-Expansif et Passif-Fixateur, est également par Sa Vie en Soi le Conducteur et l’Animateur de la Nature naturante dans le Monde Cieux-Lois où Dieu l’a placé.

Et cet ADAM, Principe Universel, avec sa Faculté auxiliaire diversifiée et indéfinie, que Dieu a extraite de son Centre spirituel et intellectuel, comme Faculté et comme son Âme humaine, son Moi personnel, fait d’ADAM אָדָם le Régisseur de la Puissance Mentale de l’Univers, et le Maître de la Nature Naturée.

Comme le lecteur peut s’en rendre compte dans le Livre des Principes, les ALHIM אֱלֹהִים sont la première Hiérarchie des Puissances Verbales, efficientes créées : l’Angélie. Et ce sont eux qui conçoivent ADAM אָדָם d’après le Concept Créateur.

ADAM ne sera réalisé par le Dieu Vivant qu’au chapitre 2:7. Naturellement il ne saurait y avoir un commencement à l’Infini de Dieu, et les ALHIM qui conçoivent ADAM en leur ombre réfléchie, d’après le Concept Divin, dont ils expriment le Verbe-Fils, celui dont l’Apôtre Paul déclare : « En Lui tout est établi de ce qui existe visible et invisible, dans l’Universalité des Cieux et de la Terre ; que ce soit les Trônes, les Dominations, les Principautés ou les Puissances. Tout a été créé par Lui et en Lui. Lui est antérieur â tous les êtres, et tout ce qui existe permane en Lui. » (col.1-16:17)

Les Patriarches antiques Pré-Diluviens, puis Abraham, Moise, Melchisédech, Jétroh, les Apôtres dont Paul surtout, ont possédé cette clef’ mystérieuse, leur permettant de comprendre le texte sacré.

Il y a soixante-dix ans que Dieu m’a fait la grâce de connaître Sa Parole, je suis maintenant dans ma quatre-vingt huitième année. I1 y a vingt ans que la bonté divine m’a fait connaître l’ouvrage du Dr E.A.Chauvet sur le sens Esotérique des dix premiers chapitres de la Genèse.

Nous prions le lecteur de prendre note que l’Oeuvre du Dr E.A. Chauvet a été examinée sérieusement par la Cour Pontificale, qui ne l’a pas rejetée. Je souhaite que Sa Sainteté Paul VI, et ses Pères Conseillers, remettent le dit ouvrage à l’étude, pour l’Unité et la Paix dans le monde.

La proposition d’un Nouveau Credo Universel m’est apparue nécessaire, pour donner aux aspirants de la Vie Divine, une base, un fondement, leur permettant, Dieu aidant, d’acquérir et de mettre en pratique une Foi Universelle, fondée sur la Révélation divine, sur la Science et la Vérité, ainsi que sur la future réalisation des promesses divines : « Seule une douloureuse application de ta faculté intellectuelle à la matérialité sensible, te permettra de parvenir à l’assimilation de la Substance spirituelle vitalisante, jusqu’à ta reprise de contact. avec la substance Adamique dont TU AS ETE FORME, CAR TU ES, TOI, LA COURONNE ; ET TU REDEVIENDRAS CETTE COURONNE » ( Genèse 3:19 )

« Les enfants de ce monde se marient et donnent en mariage, mais ceux qui sont jugés dignes du Monde à venir, ne se marient ni ne donnent en mariage, ils redeviennent comme les anges, ils ne peuvent plus mourir, parce qu’ils sont fils de la résurrection, fils de Dieu » (Luc 20-35:36)

I1 est nécessaire que le lecteur se souvienne qu’il y a trois Mondes dans notre Univers, qui sont :

Le Monde Divin, Monde des Principes essentiels comprenant les Puissances Divines en acte dans les autres Mondes, sous le contrôle du Principe suprême, éternel, absolu, leur Créateur en intime et parfaite participation avec ce Principe.

Le Monde des Lois et des Puissances informantes et conservatrices essentielles soumises à ces Lois ; c’est-à-dire réalisant, régissant et conservant, sous le contrôle du Créateur éternel et de ses Puissances actives, les formes spécifiques de toutes les entités visibles et invisibles susceptibles de se manifester existentiellement dans l’Univers créé : Formes allant de la forme substantielle générale et commune à l’ordre, au genre, à l’espèce, jusqu’à la forme adventice et accidentelle la plus inférieure et la moins active, capable pourtant de modifier en quelque manière toute entité substantielle, quelle qu’elle soit.

Nous pouvons donc définir la forme : Puissance intermédiaire créée, reliant le Monde des Principes-Monde divin Créateur- à celui des faits, actualisation temporelle de la conception créatrice éternelle.

Toute loi, en effet, par l’intermédiaire des Puissances informantes, promulgue une forme d’être intelligible ou sensible et maintient cette forme dans sa nature propre, dans sa spécificité active ou passive.

I1 importe toutefois, de remarquer que la forme primordiale -comme la forme secondaire d’ailleurs- est toujours par nature, intelligible en soi ; et c’est par l’union de cette entité purement intelligible à l’énergie en soi, intelligible aussi – puisque n’étant que de l’énergie pure inaccessible à notre contrôle sensoriel- que se constitue ce que nous nommons la MATIÈRE PASSIVE, qui est en vrai de l’énergie condensée sous l’action de 1a forme et à quoi cette forme communique la modalité sensible sur laquelle agiront, â leur tour, et sans modifier son en-soi, toutes les formes secondaires accidentelles et adventices.

C’est donc bien de l’union de la forme avec l’énergie que résulte la substance sensible, substratum de toutes les formations ; et c’est la Loi qui régit, dirige et maintient l’unité substantielle par la forme primordiale, tout en spécifiant et la diversifiant â l’infini, grâce aux qualités essentielles, d’une part, et aux accidents surajoutés, d’autre part.

L’ensemble des lois formatrices armées de leurs sanctions, partie intégrante d’elles-mêmes, réalise la manifestation éternelle de la Providence et de la Prévoyance divine dans l’Univers et correspond à ce qu’on a dénommé NATURE NATURANTE, expression de l’acte divin à jamais ininterrompu.

Le Monde effectué : Monde des faits ou des formations réalisées par l’activité des deux mondes supérieurs et soumis à leur contrôle.

Ce monde est le monde naturel et sensible, régi lui aussi par des Lois spéciales : Lois naturelles, reflet des Lois providentielles ; armées de sanctions, nous pourrions dire automatiques, et dont l’ensemble constitue ce qu’on a nommé le Destin ou Fatalité conditionnant – en tant que Nature naturée – la manifestation temporelle et spatiale sensible.

Jusque là la doctrine est commune à la tradition orthodoxe et à la Tradition hétérodoxe ; mais bientôt ces traditions vont se séparer. Pour l’orthodoxe et la tradition hétérodoxe ; mais bientôt, ces traditions vont se séparer. Pour l’Orthodoxe, en effet, la Triplicité cosmique est la simple image symbolique – quoique réelle et existante – de la Triplicité créatrice, qui embrasse et contient dans son Unité absolue, sans s’y mêler, ni s’y confondre, toute l’Universalité créée. Pour l’hétérodoxe au contraire : ou l’Unité créatrice se confond avec l’Unité créée : et c’est le Monisme-panthéisme, où la Nature naturée et la Nature naturante existent parallèlement et éternellement l’une à l’autre : et c’est le Dualisme zoroastrien ; ou la Nature naturée, ensemble des manifestations sensibles, seule existe : et c’est la Naturalisme et le Monisme athées ; à moins encore que rien n’existe et que tout soit illusion ; et c’est l’Idéalisme philosophique hindou.

Quant à la Trinité traditionnelle, c’est dans la doctrine que nous pourrions nommer le christianisme éternel, ou Religion éternelle du Verbe (antérieur â Moïse et planifiée par Jésus) qu’elle nous est présentée sous la forme suivante :

Le Père, Essence – Volonté absolue ; le Fils -Verbe, Vie-Existence absolue ; le Saint Esprit, Substance-Amour unitaire absolue. Trois Personnes ou Termes VIVANTS ET EXISTANTS, mais UN cependant ; puisque chacun d’eux est infini par nature et que l’Infini est, par essence, absolument indivisible.

Mystère profond, inaccessible à notre intelligence, mais sans la notion duquel l’esprit humain ne peut échapper au panthéisme et au matérialisme, sa conséquence fatale, ainsi que nous en fournissent la preuve toutes les doctrines religieuses ou philosophiques qui ont perdu ou rejeté cette notion.

Nous avons dit : Tradition antérieure à Moïse et planifiée par Jésus ; nous en aurons de multiples témoignages au cours de nos études sur la Genèse.

Et par surcroît, la démonstration que la doctrine de l’Ancien Testament, loin d’être – comme on le croit, et l’enseigne – une simple figure du Nouveau, lui est absolument identique dans son essence, si elle ne l’est pas complètement dans sa forme extérieure.

Mais en vérité, comment pourrait-il en être autrement, quand le Verbe – messie Lui-même nous assure : « N’allez pas croire que je sois venu abroger la Loi et les Prophètes, je ne suis pas venu les abolir, mais les parfaire ». (Matthieu 17) Genèse Esotérique, page 38 -39.

Le lecteur sera surpris de lire qu’en ce qui concerne Eve, la version Esotérique n’y voit pas une femme, comme l’ont traduit les Versions Septante et Vulgate qui constituent la base de nos Bibles courantes, mais bien une faculté – matrice auxiliaire qui constitue son Âme humaine, son moi humain et le rend complètement-libre â l’égard de Dieu.

C’est ainsi que lorsque Dieu lui présente cette Faculté, Adam s’écrie : « Voici celle qui réalise et perpétue la diversification indéfinie ; car elle est substance existante mais non distinguée, dans mon unité essentielle. Elle est la Puissance identique, intermédiaire, voilée en moi (la Neshamah, נְשָׁמָה, la Vie en Soi, l’Ame divine) ». Et par sa parole il la formula : ‘AISHAH’ אִשָּׁה parce qu’elle avait été tirée d’AISH אִישׁ – la puissance spirituelle masculine de l’être Adamique.

Précisons maintenant la nature d’AISH אִישׁ et AISHAH אִשָּׁה, en prenant bien la précaution de ne pas les considérer comme deux êtres complètement séparés l’un de l’autre et vivant… « chacun d’une vie individuelle distincte, ainsi que tend à le faire admettre le sens ésotérique faisant de l’un le mari humain, et de l’autre l’épouse humaine. Au vrai, et le texte lui-même y insiste, AISH אִישׁ et AISHAH אִשָּׁה ne constituent que la double modalité supérieure et inférieure que nous avons accoutumé de voir en toute unité active créée. Pour être exact, AISHAH אִשָּׁה est le terme symbolique exprimant l’ensemble des facultés, peut-on dire inférieures le NESHAMAH נְשָׁמָה, alors que AISH אִישׁ correspond aux qualités, peut-on dire inférieures, de NESHAMAH נְשָׁמָה, alors que AISH אִישׁ correspond aux qualités super- intellectuelles et spirituelles de cette âme. »

« Aussi bien, alors même que l’ADAM אָדָם primordial après sa chute (matérialisation) dont nous trouverons le récit au chapitre suivant, se sera enlisé dans le monde matériel effectué ; alors même que soumis â la Loi de ce monde, il aura fallu -pour qu’il remplisse son rôle de transmetteur de vie humaine dans son nouveau milieu- que soit rompu définitivement son unité primordiale, et qu’il apparaisse sous la forme de deux êtres physiques et psychiques sexuellement différenciés, chacun de ces deux êtres n’en continuera pas moins à posséder, autant que faire se peut, l’ensemble des qualités de l’Adam primitif. De la sorte, l’AISH אִישׁ dont l’homme matérialisé mâle sera, en quelque manière, le symbole vivant, contiendra en soi les facultés qui constituaient l’AISHAH אִשָּׁה primordial ; tout de même que l’AISHAH אִשָּׁה homme-femelle, possédera celles des facultés intimes du primitif AISH אִישׁ qui providentiellement auront été conservées à l’usage de l’actuel ADAM אָדָם ».

En cela nous sommes en plein accord avec l’enseignement ésotérique du grand Apôtre : « Dans le concept du Dieu-Vivant, il n’y a pas d’AISH אִישׁ sans AISHAH אִשָּׁה, ni d’AISHAH אִשָּׁה sans AISH אִישׁ ; pas d’homme spirituel sans facultés intellectuelles, ni d’homme intellectuel sans qualités spirituelles ».

Et si cela est vrai pour l’homme spirituel-intellectuel, ce ne l’est pas moins pour l’homme devenu pour une part matériel, en vertu de la Loi unique qui, dans l’Univers créé, préside à la réalisation de la vie sous tous ses modes, des plus élevés aux plus bas. Ne savons-nous pas en effet, en ce qui regarde la vie physique, image et reflet des modes supérieurs de vie, que chez l’homme comme dans l’ensemble de l’animalité, le fœtus est primitivement bisexué et le demeure pendant la première période de sa vie. Puis sous une influence que nous ignorons, l’être évolue vers une sexualité particulière ; mais lors même qu’il a acquis son entier développement et est devenu animal parfait, doué d’un sexe unique, il conserve et conservera pendant toute son existence, la réplique plus ou moins modifiée mais toujours reconnaissable des organes spécifiant le sexe contraire ou pour mieux dire, complémentaire de celui qu’il manifeste.

Enfin n’oublions pas que « l’Etre unique AYSH אִישׁ – אִשָּׁה AISHAH ne correspond pas â la personnalité humaine individuelle telle que nous la connaissons aujourd’hui, mais bien â L’HUMANITÉ TOTALE ET COMPLÈTE en possession de toutes ses qualités essentielles. Telle qu’elle fut de toute éternité dans le Concept du Créateur et telle qu’ELLE DOIT REVENIR ». (Luc 20 – 34 à 40 – Matt. 22:30 Marc 12:25 – Gen. 3:19) Voir Genèse Esotérique, Page 381-382 et 384. Or si de ces textes il résulte que les fils de résurrection, les fils de Dieu ne peuvent plus mourir, c’est qu’ils ont cessé de revenir ici-bas.

Pour parvenir à cette libération suprême de notre être intérieur, le seul créé par Dieu, il faut, ainsi que nous l’explique le Dr Chauvet â la page 417, que « les deux ordres hiérarchiques constituant l’unité naturelle d’ADAM אָדָם descendent, l’un comme l’autre â l’ordre inférieur. Car, tandis que l’ensemble de ses facultés intellectuelles pures, l’AISHAH אִשָּׁה, prend contact avec la substance sensible, ses facultés spirituelles pures, dont l’ensemble est l’AISH אִישׁ, perdent au contraire le contact avec le Monde Divin, par l’assimilation au monde purement intellectuel ». Il est établi par la suite la preuve, page 422 : « Il ressort en effet nettement, du sens ésotérique de ce verset que CE N’EST PAS DIEU QUI MATÉRIALISA ADAM DES SA CRÉATION, MAIS BIEN ADAM LUI-MEME QUI FIT, VOLONTAIREMENT, LES PREMIERS PAS VERS LA MATÉRIALISATION ».

Pour parvenir à la libération de la matière, il faut, nous dit le Christ en Jésus, ÊTRE NE DE NOUVEAU DE L’ESPRIT, et pour y parvenir le candidat se doit de ‘s’examiner lui-même’, et après il accepte en connaissance de cause, l’intervention en lui de la Cause suprême, véritable RÉVÉLATION.

« Par révélation nous entendons, nous dit le Dr Chauvet, page 18, la quadruple notion que nous retrouvons, plus ou moins déformée, au fond, et comme base de toute forme religieuse humaine, mais que la Tradition chrétienne, héritière et complétive de la Tradition chaldéo – judaïque, propose â ses fidèles, comme soutien inébranlable de leur foi :

1° L’existence d’un Dieu-Vivant, unique en trois personnes distinctes, créateur ; avec, comme corollaire, la réalité de la création universelle, par l’acte propre et volontaire de ce Dieu-Vivant. Affirmation qui implique celle d’un ordre surnaturel supérieur à l’ordre nature et distinct de lui.

2c L’existence d’une âme spécifique humaine, distincte de toutes les âmes présidant à la vie naturelle sensible. Affirmation qui implique l’essence surnaturelle de cette âme.

3° La réalité d’une chute de l’Homme de l’ordre ou monde surnaturel pour quoi, et en quoi il avait été créé, à l’ordre ou au monde naturel.

4° La réalité de la RÉDEMPTION de l’homme déchu, lui permettant de revenir à l’ordre surnaturel : Rédemption ne pouvant s’accomplir que par l’acte direct et volontaire du Verbe créateur dans l’ordre naturel. Affirmation qui implique l’INCARNATION SENSIBLE de ce VERBE.

Or il est évident que si la Bible, comme nous espérons le prouver, nous offre l’exposé pur et complet de cette quadruple notion, nous devons la tenir pour un livre révélé. Car ces notions, en leur en-soi ne relèvent nullement de la philosophie ni même de la théologie humaine, mais du seul THÉOLOGAL divin et constituent « la base surnaturelle spécifique VIVANTE de l’humanité » ».

L’Évolution religieuse n’est donc pas seulement un retour vers notre état primordial, mais un progrès infini, car dit Saint Paul : « Adam est un type de l’homme à venir (Rom. 5:15) Et comme Dieu est infini, I1 nous parait grandir plus nous avançons, d’où l’expression apostolique : de Gloire en Gloire à l’image du Seigneur ».

Le lecteur lira par ailleurs la description de 1a création, d’après le texte hébreu ésotérique. Mais ce qui le surprendra c’est d’apprendre que notre Système Solaire, et notre humanité charnelle n’est apparue au cours du temps sans bornes, qu’avec NOACH נֹחַ.

Quelques années avant que ne paraisse la Genèse Esotérique, un illustre savant : Monsieur Lecomte de Nouy, ancien Directeur à l’École des Hautes Etudes de la Sorbonne, écrivait dans son livre : L’Homme et sa destinée qu’il lui paraissait nécessaire que l’on révise l’interprétation du deuxième chapitre de la Genèse. Il a quitté ce monde sans avoir vu le splendide ouvrage du Dr Chauvet, qui lui aurait donné satisfaction.

Encore une fois il faut comprendre que la première Humanité. Adamique , s’est déroulée dans l’Astralité et que c’est là qu’ADAM אָדָם doté de Son AlSH אִישׁ, subit de plus en plus, l’attraction de son AISHAH אִשָּׁה, c’est-à-dire de son âme, personnelle, de son moi., et que ses actes l’éloignaient plus fortement de son Créateur et de Sa Volonté à tel point que le récit sacré nous dit que Dieu va procéder à son anéantissement.

C’est alors que surgit NOACH נֹחַ, l’Homme juste qui symbolise le « Principe Cosmogonique de l’Univers, et qui sera chargé par Dieu de réaliser l’avertissement que Dieu avait fait à ADAM : qu’il subirait un changement d’état. »

1-NOACH נֹחַ – Principe Général, et non une individualité humaine, préposée par la Volonté Divine à être dans la Substance VITALISABLE de la Nature Naturée, le Réalisateur-Fixateur des Formes spécifiques générales : Genres, Espèces, Individus y compris le cas échéant, l’Homme, en ce qui concerne son Corps terrestre ; préparant ainsi la Réalisation et la Vitalisation futures des Entités physiologiques universelles.

2-NOACH נֹחַ -Personnalité HUMAINE DÉFINIE ET UNIQUE dans le Temps : LÉGISLATEUR moral et social, INSTAURATEUR – â la suite de tout déluge (et il y aurait eu six déluges – Voir Pierre II – 3:6) de la LÉGALITÉ humaine substituée, par nécessité, â la LÉGITIMITÉ divine obnubilée dans l’Humanité ou rejetée par elle ; mais concernant néanmoins avec le Dieu vivant, une relation concordataire.

3-NOACH נֹחַ – Personnalité humaine VARIABLE selon les Temps et les Lieux, destinée â être, le cas échéant, le RÉNOVATEUR de la Tradition orthodoxe, par l’établissement de l’Initiation ésotérique, donc chargée de maintenir de la sorte, le contact que nous venons de dire entre les deux lois et, par suite, entre le Dieu-Vivant et l’Homme ; tout au moins au sein d’une sélection humaine, sous le couvert du Symbolisme Universel.

Après le chapitre VI, nous prions le lecteur de retenir dans le récit historique du troisième monde et de son effectuation temporelle et sensible cette constatation que cette effectuation est calquée sur la création universelle et éternelle en Dieu et ses Puissances (Genèse Esaü. 595)

C’est au chapitre V II: 22 que s’effectue le changement de l’être humain, mais non pas de l’être qui. possède en propre une âme spirituelle pure, la « NESHAMAH » נְשָׁמָה qui est intangible.

Cette nouvelle création s’effectue comme la première en six périodes.

« Effectuation de la Thébah (l’Arche) תֵּבָה, concentration dans la dite Thébah תֵּבָה des puissances effectuantes et de leurs expansions – et des substances informables dans les “MAIM”, מַיִם – Informations énergiques, et organisation des substances spécifiques (Chap. VIII) et enfin vérification des substances organiques spécifiques. »

Dieu, de toute éternité, nous dit le Dr Chauvet page 635, a conçu dans sa totalité le Triple Univers. I1 en a transmis la vision à Ses Puissances effectuantes créées qui constituent le premier Monde et qui, par participation intime avec leur Divin Créateur et leur réalisation éternelle en Lui, peuvent être considérées comme co-éternelles à leur Principe vivant qui ne leur est antérieur, en quelque sorte, que par priorité de raison. Adam a été créé pour être l’informateur et le maître du second Monde, monde des Lois spécifiant les formes, mais sa faute l’ayant fait déchoir du rang de Puissances de la Nature Naturante qu’il occupait jusqu’alors, le rabaissait pour une part tout au moins, au niveau des productions de la Nature sensible, et le soumettait aux lois de cette Nature. I1 devait donc pour un temps, devenir un mélange hétéroclite d’esprit et de matière sensible ; et par suite il lui fallait, avant de pouvoir commencer sa pénible remontée, attendre la réalisation du troisième Monde, Monde sensible en lequel, pour une période indéterminée, il était condamné à vivre.

Maintenant le moment est venu, fixé par la volonté divine, de l’effectuation du monde sensible : physiologique et physique, allant de l’atome matériel â la corporéité humaine ; et c’est “NOACH” נֹחַ , le Maître et le Législateur naturel qui, sous la direction et le contrôle du Dieu-Vivant et de ses Puissances, va préparer et informer la substance nécessaire à cette effectuation. Si bien que “NOACH” נֹחַ qui par nature, devait être dans le monde des informations sensibles, le SIMPLE EXECUTEUR en quelque manière des concepts informateurs de l’ADAM primordial, va devenir par suite de la faute et de la carence consécutive de ce dernier et conformément aux Lois providentielles immuables, le MAÎTRE et le REGULATEUR DE L’HUMANITÉ pendant toute la durée de la vie terrestre de la descendance adamique ; réserve faite de l’Essence spirituelle de cette Humanité, qui ne dépend que de Dieu Lui-même, et dont le relèvement ne pourra venir que du seul et divin libérateur : Fils de Dieu.

Dans ces conditions, “NOACH” נֹחַ aura donc à mettre en acte les trois modalités actives que nous lui avons reconnues au cours de notre étude le concernant. Comme principe universel, il prépara l’effectuation physique et physiologique de l’Univers ; comme principe spécifiquement et spécialement adapté à l’Humanité terrestre, il établira la législation naturelle morale, contrôlée par l’initiation et reflet de la Loi spirituelle divine ; comme fondateur enfin de la Législation naturelle sociale il maintiendra, autant : que faire se pourra, l’Humanité en union avec son modèle social éternel : le Tri-Unité Principe.

*

**

***

Au lecteur à complèter, Dieu aidant, son initiation et de fortifier sa foi en étudiant les dix premiers chapitres de la Genèse Esotérique, en suivant leur ordre

Le génial St Yves d’Alveydre dans son immortel ouvrage de la Mission des Juifs déclare que : « la première humanité principale est donc bien en la Proto-synthèse de Moyse » et « que la deuxième qui commence avec NOACH est le Deudo-synthèse » ;

Notons également que Monsieur Lecomte de Noüy déclare à son tour dans son ouvrage scientifique L’homme et sa Destinée, qu’il est nécessaire d’interpréter différemment le 2ème chapitre de la Genèse, du fait que c’est là qu’Adam prend possession de sa liberté ; ce qui lui donne une indépendance réelle voulue par Dieu, qui devient dans l’espèce humaine, l’outil de la sélection. Ce n’est plus le plus fort, le plus agile, le plus adapté physiquement qui doit survivre mais le meilleur, le plus évolué moralement. Et cette nouvelle suprématie ne peut se manifester que si l’homme est libre de choisir sa voie. C’est donc là une apparente limitation de la Toute – Puissance du Créateur consentie en faveur de l’espèce élue comme une dernière épreuve dont le prix est la dignité et la perfection humaine. (Et c’ est bien cela qui résulte de la version ésotérique).

Lilith, Michel-Ange (chapelle sixtine, XVe siècle).