Skip to main content

Le Prêtre-Roi Melchisédech par Emile Bes

Le Prêtre-Roi Melchisédech

Le Prêtre-Roi Melchisédech par Emile Besson … Derrière Moise se tient le prêtre sans parents, le roi de justice, Melchisédech, fils du Soleil rouge … Par Melchisédech et par Moïse parviennent aux créatures les bénédictions qui les guérissent. Sédir : le Sermon sur la Montagne. Depuis des temps immémoriaux, cette énigmatique figure, qui apparaît dans […]

Lire plus

Prolégomènes à la Kabbale

Prolégomènes à la Kabbale par Constant CHEVILLON.

Prolégomènes à la Kabbale Pour beaucoup, la Kabbale est une pseudo-science sans contact avec le réel, une élucubration mystique sortie du cerveau des abstracteurs de quintessence. C’est une erreur fondamentale, mais inévitable, car peu d’hommes disposent du temps nécessaire pour se faire une opinion circonstanciée et sonder les problèmes qu’elle aborde et résout. À première […]

Lire plus

Les seize axiomes kabbalistiques d’Henry

Les seize axiomes kabbalistiques d’Henry More

Henry More (1614-1687) se voulut, lui aussi, explicitement kabbaliste chrétien. Ne fut-il pas d’ailleurs l’un des correspondants du baron Christian Knorr von Rosenroth, cet érudit ami de Leibnitz ? Il s’était inlassablement plongé dans la forêt des traités des kabbalistes pour espérer y découvrir le moyen de convertir les juifs au christianisme, en leur prouvant que leur propre tradition, si l’on sait l’interpréter en profondeur, finirait par leur prouver la vérité du christianisme. À l’inverse de Fludd qui, s’il connaissait le latin et le grec, ne pouvait lire l’hébreu, Henry More avait une connaissance très poussée des œuvres des plus fameux rabbins kabbalistes.

Lire plus

Yeheshuah Le Pentagrammaton

Yeheshuah Le Pentagrammaton

Les premiers à utiliser le nom de Jésus sous une forme hébraïsée Yeshuah ou Yeheshuah seront les occultistes de la Renaissance de la première moitié du 16e siècle (voir la Clavicula Salomonis et le Calendrium Naturale Perpetuum). À la suite de Pic de la Mirandole, ils feront dériver ce nom du Tétragramme hébraïque YHVH (יהוה) en lui ajoutant un Shin (ש) au milieu afin de produire un Pentagrammaton YHSVH (יהשוה) qui serait la translittération latine de JHSVH ou IHSVH ou IHSUH.

Lire plus

Encre de Shin

Encre de Shin

Bien que la Renaissance soit gorgée d’ésotérisme comme un baba l’est de rhum, les historiens s’efforcent de l’oublier ou dans le meilleur des cas, s’excusent de devoir ainsi exposer les parties honteuses de la pensée. On tolère les débordements de l’inquisition, on supporte quelques désavantages aux bon côtés de l’humanisme, mais pas de pentagramme. Non, ça, vraiment, on peut pas. A l’opposé de ces coincés de l’entendement, Pierre Béhar dans un ouvrage dont je vais m’inspirer ici, Les langues occultes de la Renaissance, a la bonne idée d’ausculter sans fausse pudeur le sujet et même de nous effeuiller l’occultisme.

Lire plus

Profonds mystères de la Cabale divine [2

Profonds mystères de la Cabale divine [2]

Hommes chétifs et aveugles ! pusillanimes et sacrilèges, ensevelis dans les ténèbres épaisses de l’ignorance ! Chaque fois qu’un fait extraordinaire, admirable, s’offre à vos yeux ou vous est raconté, vous criez au prestige de l’enfer et qualifiez le prodige d’œuvre diabolique ? De même, les peuplades sauvages du Nouveau Monde, lorsqu’elles virent pour la première fois les Espagnols, les prirent pour des Dieux, pour les fils des Nuées célestes, parce que leurs canons imitaient le tonnerre, qu’ils faisaient parler les hommes entre eux au moyen de l’écriture, ignorée de ces pauvres sauvages, et que les cloches de leurs horloges sonnaient toutes seules !

Lire plus
 

Pin It on Pinterest