Skip to main content

Profonds mystères de la Cabale divine [1

Profonds mystères de la Cabale divine [1]

Par Jacques Gaffarel Introduction de Marc Haven Le livre de Gaffarel : Abdita divinae Cabalae mysteria, dont notre ami ben-chesed vient de nous donner une excellente traduction, n’est pas seulement précieux par sa rareté insigne : il l’est encore et surtout par sa valeur instructive. On sait ce qu’était Gaffarel : né en 1601, en […]

Analyse de la Rose-Croix, selon Henry Kh...

Analyse de la Rose-Croix, selon Henry Khunrath

Par Stanislas de Guaita Cette figure est un merveilleux pantacle, c’est-à-dire le résumé hiéroglyphique de toute une doctrine ; on trouve là groupés dans une savante synthèse, tous les mystères pentagrammatiques de la Rose-Croix des adeptes. C’est d’abord le point central déployant la circonférence à trois degrés différents, ce qui nous donne les trois régions […]

La Cabale Magique ‘chrétienne’

La Cabale Magique ‘chrétienne’

Par Spartakus FreeMann Nous allons tenter de brosser un tableau synthétique de la Cabale magique – que nous distinguons bien sûr de la Kabbale Pratique hébraïque traditionnelle – dont l’origine remonte, pour les éléments les plus connus, aux auteurs philosophes hermétistes de la Renaissance tels Agrippa, Trithèmes, Marcile Ficin, Pic de la Mirandole et Guillaume […]

La Kabbale dans le Traité des Chiffres

La Kabbale dans le Traité des Chiffres

Par Blaise de Vigenère Voici un extrait du TRAICTÉ DES CHIFFRES, SECRETES MANIERES D’ESCRIRE : PAR BLAISE DE VIGENERE, BOURBONNOIS. [H] [MARQUE] A PARIS, Chez ABEL L’ANGELIER, au premier pillier de la grand’Salle du Palais. M. D. LXXXVI. AVEC PRIVILEGE DU ROY. Ces passages se réfèrent plus particulièrement à la Kabbale et décrivent la vision […]

Notes sur le Nom IESHOUAH

KeL | Notes sur le Nom IESHOUAH

Il s’agit bien là d’un Nom Divin fort ancien, bien connu des Kabbalistes surtout chrétiens, aussi bien que des docteurs de l’Eglise primitive. Saint Jérôme, en son Interprétation mystique de l’alphabet, fait du Shin hébraïque le symbole de la parole, du verbe vivifiant. Elle était déjà, pour les kabbalistes hébreux, l’un des trois lettres mères (avec l’aleph et le mem), et signifiait le Feu. Nous verrons plus tard Papus, en son livre Martinisme et Franc-Maçonnerie, nous dire que cette lettre Shin renversée dans l’Etoile Flamboyante (Pentagramme), pointe en haut, montre à l’initié rosicrucien l’Incarnation du Verbe Divin dans la Nature Humaine.

 

Pin It on Pinterest