Skip to main content

Du Serpent selon Fabre d’Olivet .pdf

Du Serpent selon Fabre d’Olivet .pdf

Or l’Ardeur cupide (l’intérêt, l’envie, l’égoïsme) était une passion générale (un principe aveugle) parmi toute l’animalité de la Nature élémentaire laquelle avait faite avant IOAH LUI les DIEUX : et elle dit (cette passion) à Aïshah (la faculté volitive d’Adam) à cause de quoi déclara LUI les DIEUX, non pas vous vous alimentez de toute substance de l’enceinte organique ? שחנהו, Or l’Ardeur cupide… On sait assez que les héllénistes, et Saint Jérôme, sur leurs traces, n’ont vu ici qu’une couleuvre, un serpent proprement dit : à la vérité, selon les premiers, un serpent très prudent, οφις φρονιμωτατος, et selon le second, un serpent très fin et très adroit, « serpent callidor ».