Par Spartakus FreeMann

L’Adon Olam est un ancien poème qui est récité avant le commencement de la Chacharite, la prière du matin. Selon certains, on peut l’attribuer à Rabbi Shlomo ibn Gabirol, le Kabbaliste espagnol du XIe siècle. C’est une forme de remerciement à Dieu pour Sa protection durant la nuit… Ce chant est souvent utilisé lors des cérémonies de mariage par les juifs marocains, tandis que pour d’autres c’est une prière récitée sur le lit des défunts.

On dit que la récitation de cette prière dès le matin procure une protection contre tous les dangers de la journée et qu’elle protège contre toute force maléfique.

Les dix lignes de la prière récitée dans les synagogues askénazes peuvent être réparties en deux groupes : le premier groupe se rapporte à l’« Être » de Dieu tandis que le second groupe se rapporte à la foi portée en Dieu et en sa puissance bénéfique. La toute dernière phrase dérive du Psaume 118:6.

Pour les Kabbalistes, une puissante signification réside dans cette prière. Les dix lignes sont mises en relation avec les dix Sephiroth. Le rabbi Isaïe Horowitz, qui vivait au 17e siècle, nous informe dans son Sneï Luchoth ha-Brith (Les deux Tables de l’Alliance) que les mots « Adon Olam » se rapportent à Aïn Soph, puisque la valeur numérique du terme Adon Olam :

Adon – אדון = 61

Olam – עולם = 146

Dont la somme est 207 est égale à : אין סוף dont la valeur est de 207.

L’expression Adon Olam, est, en outre, identique au mot Lumière (Aur אור).

Il est dit que le Juste (Tzaddik) est un véhicule de la Lumière de l’Infini et que lorsque cette invocation est récitée avec une grande dévotion et une grande intention, le croyant dirige alors la « Force Divine » via son être intégral (âme, esprit et corps) dans le monde ou dans l’objet sur lequel il se concentre (but d’une prière, segulah…).

Selon les enseignements du Baal Shem Tov, on peut, par la méditation sur les lettres lors de la récitation d’une prière modifier l’ordre des lettres des mots et donc modifier la signification de ceux-ci. Par ce procédé, on peut donc transformer les influences négatives en influences positives.

Comme nous l’avons dit plus haut, les 10 phrases de la prière Adon Olam correspondent aux dix Sephiroth et, ainsi, le verset qui correspond à la Sephira Hod, Victoire, est celui où il est dit « Il est mon Dieu, mon Sauveur vivant… dans un temps de détresse ». En hébreu « temps de détresse » vaut 765 : עת צרה.

Adon Olam

Adon Olam asher malach, beterem kol yetzir nivra

Le-et na-asah vecheftzo kol, azai melech shemo nikra

Ve-acharei kichelot hakol, levado yimloch nora

Vehu hayah vehu hoveh vehu yihyeh betifarah

Vehu echad ve-ein sheni lehamshil lo lehachbirah

Beli reishit beli tachlit velo ha-oz vehamisrah

Vehu Eli, vechai go-ali, vetzur chevli be-et tzara

Vehu nisi u-manos li, menat kosi beyom ekra

Beyado afkid ruchi, be-et ishan ve-airah

Ve-im ruchi geviyati, Hashem li, velo ira

Traduction :

Maître du Monde qui fut Roi avant que toute forme n’existât.

Au moment où Il fit tout par Sa Volonté, Son Nom fut « Roi ».

Et après que tout ait disparu, Lui, le Redoutable, régnera seul.

Et Il fut, et Il est, et Il sera dans la Splendeur.

Et Il est Un, et il n’a nul second, ni aucun qui puisse Lui être comparé ou Lui être égal.

Sans commencement et sans fin, à Lui sont la Puissance et la Royauté.

Il est mon Dieu, mon Rédempteur, et le Roc de mon destin dans les temps de détresses.

Il est ma bannière et Il est un Refuge pour moi, à l’heure où je pleure.

À Sa main je confie mon esprit lorsque je dors et lorsque je me réveille.

Et mon âme demeurera en mon corps, HaShem est avec moi et je n’ai point peur.

Pour écouter : Adon Olam

Article inspiré du texte de Jacobus Swang et sur le site Authentic Jewish Mysticisme and Thought.