Par Matthieu Léon

בּראשית

[BRA ShITh]

« Il a créé six »

Les Cabalistes traditionnels utilisent deux textes particulièrement dans l’Ancien Testament : Le récit de la Création (Gen.I.l) et La Vision d’Ezéchiel. Un certain nombre d’ouvrages cabalistiques sont construits sur le modèle du récit de la Création ; le plus connu est le Sepher Yetzirah dont on dit que les six chapitres sont en relation avec les six jours de la Création.

On dit que toute la Torah (Pentateuque) se trouve dans le premier verset de la Genèse, que ce verset est concentré dans le premier mot (Bereshit) et que les six lettres de ce mot sont comprises dans la première (ב) Notons que BeREShITh : « Au commencement » peut se lire BaRAShITh : « Il a créé six ». Il existe d’innombrables commentaires sur cette première lettre, ce premier mot ou ce premier verset. Ils sont toujours d’une très grande virtuosité, sinon toujours inspirés.

Le premier chapitre parle des six jours de la Création. On peut voir dans ces six jours une certaine symétrie entre les trois premiers et les trois suivants (1 et 4, 2 et 5, 3 et 6), le septième étant tout à fait à part. Le quatrième jour voit la création des deux luminaires qui utilisent la lumière du jour Un. Le cinquième jour apparaissent les oiseaux et les poissons vivant dans les eaux du haut et du bas du second jour et le sixième jour, ce sont les animaux terrestres qui occuperont ce sol du troisième jour. L’homme et les animaux terrestres auront pour nourriture (V.29) les végétaux du troisième jour. Il faut remarquer l’évolution de la conscience des créations au cours des jours, conscience qui est liée à la liberté qui culmine le sixième jour avec la création de l’Homme.

Il y a une différence remarquable dans le texte, dans la dénomination des jours 3 on lit אחד, c’est-à-dire « jour Un » que l’on traduit généralement par « premier jour » comme s’il était écrit אחת. Peut-être faut-il entendre « Jour de l’UN » ou de « L’Unique ». Puis suivent les jours second, troisième, quatrième, cinquième, mais LE sixième. On notera également la formule « il fut un soir, il fut un matin… jour » ceci pour les six jours, le septième ne sera pas clos ainsi.

[BRAShITh BRA ALHIM]

בראשית ברא אלהים

[ATh]

את

Traduit littéralement : « Au commencement, Dieu créa [את] » (l’alphabet). Ce mot את, Aleph et Tav, introduit un complément et ne se traduit pas, mais le fait qu’il soit composé de la première et de la dernière lettre de l’alphabet est ici assez significatif pour autoriser cette lecture.

C’est dans ce premier chapitre que peuvent s’appliquer différentes méthodes traditionnelles visant à obtenir un certain sens des lettres de l’alphabet hébreu (‘Lettré’ se dit dans cette langue AVT [אות] soit Aleph et Tav liés par la conjonction ‘et’ Vav). La principale méthode consiste à chercher le mot où l’on rencontrera pour la première fois la lettre étudiée en initiale. Le mot donnera un sens possible pour son initiale. Attention aux divers préfixes, il faut extraire la racine du mot. Par exemple [א] Aleph, se trouvera pour la première fois dans le troisième mot du texte : אלהים, Dieu. Il n’y a qu’une seule lettre que l’on ne trouvera pas en tête de mot dans le chapitre Un, c’est la lettre [ס] Samech, symbolisant (d’après le Zohar par exemple), le soutien – entre autres sens bien sur. On la trouvera au Ch.II, V.XI.

Il est également classique de rechercher un nom de Dieu de quarante-deux lettres au début du texte. Il y a beaucoup de noms divins dans la Qabal appelés par leur nombre de lettres, en référence avec les lois numériques concernées et, en général, en relation avec le Tétragramme imprononçable יהוה.

Des deux principaux noms de Dieu, on ne trouve dans le premier chapitre que celui ayant trait à la Rigueur אלהים : (Elohim). Un commentateur classique (RACHI) nous dit que le monde n’aurait pas eu de mérite à exister s’il avait été créé par la Rigueur seule, c’est pourquoi le nom correspondant à la Miséricorde (le Tétragramme) apparaît à la fin du chapitre, d’abord en Notaricon(l) dans les deux derniers mots du chapitre I et les deux premiers du chapitre suivant (2) :

Chapitre II :

השמים ויכלו

[HShMIM] [VIKLV]

les cieux furent créés

Chapitre I :

הששי יום

[HShShI] [IVM]

le sixième jour

Notons quand même que le nom אלהים est répété 26 fois.

Pour conclure, on notera la formule « Et Dieu dit… » qui est répétée neuf fois (Ch.I. v.3, 6, 9, 11, 14, 20, 24, 26 et 28) correspondant aux neuf Sephiroth (3) supérieures. Les deux premiers versets sont en relation avec l’AIN SOPH (l’Incréé) ; MALKUTH (notre monde physique) se situera dans le septième jour, le Shabath, dit « du repos ».

Pour un travail pratique sur ces six jours de la Création. on notera que chaque jour commence la veille au soir. Exemple : Shabath commence vendredi soiret se termine samedi au coucher du soleil pour faire place au « Jour Un ».

© Matthieu LEON,1986

Notes

(1) Notaricon : c’est, en langage moderne, un sigle.

(2) L’hébreu se lit de droite à gauche.

(3) Sephiroth : en Qabal, on considère qu’il existe 10 niveaux de conscience ou 10 niveaux d’énergie appelés les 10 Sephiroth.

Dieu crée la lumière, Gustave Doré.

Principales sources :

La Bible, Bilingue, Ed. Colbot.

Le Zohar, trad. de Pauly, Ed. Maisonneuve et Larose

Le Sepher Yetzirah, Bilingue.