Skip to main content

Qabbale du Beith

Qabbale du Beith

La Qabbale du Beith, un texte d’Emmanuel Levyne, Cirdec, Samy et Spartakus FreeMann. 1. Lecture et traduction mot à mot du premier verset de la Genèse. בְּ ; dans, par, avec (le) commencement רֵאשִׁית berèchite בָּרָא créa bara אֱלֹהִים dieu(x) élohime אֵת (ne se traduit pas) ett הַשָּׁמַם les cieux hachamayime וְאֵת et veett הָאָרֶץ […]

La lettre Beth

La lettre Beth

Nos sages se sont posés la question : « Pourquoi avoir commencé le récit de la création par la lettre Beith (ב) qui n’est pas la première lettre de l’alphabet ? Parce que Beith (ב) s’inscrit dans un carré, avec un côté ouvert à l’avant. Il est fermé en haut, en bas, et en arrière. Ceci pour indiquer que l’homme, ne doit pas chercher à savoir ce qui se passe au ciel. Ce qui se passe dans le monde d’en bas. Ni ce qui existait avant la création. » La seule manière intelligente de vivre, est d’avancer dans la seule direction qui lui soit ouverte, vers l’avant.

La lettre Ayin

La lettre Ayin par Spartakus FreeMann.

En hébreu, la valeur de la lettre Ayin est de 70 et sa valeur développée est de 130. Son symbole est l’oeil ce qui relie la lettre directement à la lumière dont l’oeil est le réceptacle. C’est l’organe qui permet la perception du monde et qui est le « miroir de l’âme » (et il est intéressant de noter que la valeur développée totale de la lettre est de 256 qui est la numération de « Ruach Eloha », l’âme de l’homme et de « Ruach Ama », l’âme de la mère).

Porte 19 – Les 22 Lettres

Porte 19 – Les 22 Lettres

Extrait de l’ouvrage Les 138 Portes de la Sagesse, de Rabbi Moshe Chaim Luzzatto. Au total, les lettres consistent en 22 sortes différentes d’ordres et d’arrangements (sedarim), ni plus ni moins, afin de d’offrir aux lumières le pouvoir d’agir. Maintenant que nous avons introduit le sujet des lettres, nous discuterons leur nombre. Au total, les […]

Origine de l’alphabet hébreu

Un article de Spartakus FreeMann sur l'origine de l’alphabet hébreu. Ce texte se veut une simple introduction à « l'historique » de l'alphabet hébreu

On peut retrouver les racines de l’alphabet au sein des tribus nomades qui vivaient dans la région du Sinaï. C’est en tout cas l’hypothèse de deux savants : Grintz (Introduction à la Bible, Ed. Yavné, Tel-Aviv 1972) et Yeivin (Ensemble des signes écrits hébro-phéniciens, Jérusalem 1970). Enfin, selon le professeur Grimme, les tribus d’Israël établies en Égypte avaient développé une écriture alphabétique qui sera adoptée par les Canaanéen. « Toutes les écritures alphabétiques dérivent finalement de l’alphabet proto-canaanéen et de ses descendants immédiats, l’ancien alphabet phénicien linéaire… »