Par Isaac Louria & Hayyim Vital

Extraits et commentaires de ce texte fondateur de la théorie des Sephiroth.

Première branche ou la Ligne de Lumière et la Contraction (Tsimtsoum).

Sache qu’avant que toute émanation ou créature ne fut créée, existait la Lumière Supérieure (Or Elyon) qui permet l’Existence, et il n’y avait aucun lieu vide, au sens d’atmosphère, seulement un espace. Cependant, tout était en germe dans la Lumière Infinie (Aïn Sof Aur), à laquelle il n’y a ni début ni fin ; tout était Lumière. Cela est nommé Lumière Infinie (Aïn Sof Aur).

Et lorsqu’Il désira créer les Mondes et causer les émanations, afin de faire vivre Ses œuvres, noms et attributs parfaits – qui est la raison de la Création des Mondes, comme cela est expliqué dans la Première Branche, Partie Un – Il se contracta (Tsimtsoum) alors Lui-même en un point central. Il contracta cette Lumière et se retira Lui-même loin du périmètre autour du point central, afin qu’en ce point il ne reste qu’un espace vide et de l’air et du vide.

Cette contraction fut parfaitement équilibrée autour de ce point central vide de telle manière que l’espace vide soit une sphère sans aucune arête, ainsi l’Infini se contracta Lui-même et devint circulaire comparativement à tous les côtés. La raison de ceci est que la Lumière Infinie était symétrique et qu’ainsi elle du se contracter de tous les côtés. Et il est connu que géométriquement il n’y a aucune figure ayant cette symétrie que le cercle – ni le rectangle avec ses angles saillants ni le triangle ni aucune autre figure.

Il se contracta ainsi sous la forme d’un cercle, puisqu’il n’existe aucune symétrie plus grande que celle du cercle. Dans le Zohar Parashah Bo, « un vaisseau dans le cercle qui est Yod ».

Il y a une raison supplémentaire qui est le bien des émanations qui, dans le futur, prendront la place de cet espace vide. Les émanations circulaires sont toutes proches de l’Infini qui encercle les totalement, et la lumière et l’abondance qu’elles nécessitent sont retirées de manière égale de tous les côtés de l’Infini. Cela ne serait pas le cas si les émanations étaient des carrés ou des triangles ou toute autre forme, car si un côté ou un angle était plus proéminent que les autres, ceux-ci ne pourraient recevoir la Lumière Infinie de manière égale…

La Limitation était nécessaire afin de révéler la racine la plus intime des lois, ceci afin de donner plus tard l’attribut de la loi aux mondes, et ce pouvoir est connu comme la Lumière Dure.

Note de ‘Hayyim Vital : Selon mon opinion, le point central de l’Infini était la racine de la loi qui sera révélée plus tard aux mondes inférieurs. De ce qui entoure le point central existent l’expansion des mondes extérieurs, alors que de ce qui reste de ce qui entoure s’étendent les mondes intérieurs.

Maintenant, après cette contraction, puisqu’il restait encore de l’espace et de l’air vide au centre de la Lumière Infinie – comme cela est écrit ci-dessus – il avait donc de la place pour les émanations, les créatures et les choses faites et formées. Il y eut alors une ligne droite directe (Kav) de la Lumière Infinie, direct de sa lumière circulaire, allant vers le bas, vers cet espace. La partie supérieure de la ligne s’étendit de l’Infini Lui-même et le toucha [cet espace], mais, en dessous, cette ligne ne touchait pas l’Infinie Lumière, et le chemin de cette ligne s’étendit directement vers le bas vers la Lumière Infinie. De cet espace, Il émana les émanations, Il créa, forma et fit tous les mondes, cette ligne étant comme un fin tube au travers duquel la Lumière se propagea des eaux supérieures de la Lumière Supérieure de l’Infini vers les mondes où il y avait de l’air et de l’espace.

Nous clarifierons maintenant quelque peu le sujet des investigations des Kabbalistes sur le fait de savoir comment il y a une Tête au sein du Fini parmi les Sephiroth. En fait, puisque l’extrémité de cette ligne touche la Lumière Infinie sur sa partie supérieure, et ne s’étend pas vers le bas et au-delà d’où la Lumière Infinie encercle les mondes, alors à la fois la Tête et la fin sont parfaites. Car, si la Tête et la fin recevaient de la même manière l’abondance de l’Infini alors elles seraient toutes deux une Tête, et ainsi il n’y aurait ni aspect supérieur ni aspect inférieur. De la même manière, si l’Infini s’étendait se tous côtés de manière circulaire, alors il n’y aurait ni haut ni bas, ni avant ni arrière, ni est ni ouest, ni nord ni sud. Mais puisque la Lumière Infinie s’étend en ligne au travers d’un tube, il est juste qu’il y ait un haut et un bas, un avant et un arrière, un est et un ouest, un nord et un sud…

Et donc, puisque la Lumière s’étend en une ligne directe au sein de l’espace, elle ne s’étend donc pas et ne se disperse pas immédiatement vers le bas…

Si la Lumière s’était étendue de manière circulaire de tous côtés, les récipients des émanations auraient été comme l’Émanateur Lui-même, c’est-à-dire sans limite et sans fin. De plus, même cette ligne est très fine et étroite et n’établit pas d’épaisses connexions, afin que la lumière étendue aux émanés soit identique en quantité et mesure pour chacun d’eux. De ce fait, l’émané est nommé les Dix Attributs (Yod Midooth), et les Dix Nombres (Sephiroth), afin de nous montrer qu’il y a une mesure et une quantité fixe et un nombre limité, ce qui ne peut s’appliquer à l’Infini. Comme il est écrit dans le Sefer ha-Zohar : « Le treizième commandement est la lecture du Shema… mais Il n’a aucune mesure ou de Nom spécifique dans le sens où chaque Sephira a un nom spécifique pour sa mesure et ses limites ». Et puisque cette ligne est fine, elles ne recevront de l’abondance que selon ce qui est nécessaire, puisqu’elles sont les récipients des émanations, plutôt que des fournisseurs des émanations.

Et vois, le premier cercle, le plus proche de l’Infini, est connu comme la Couronne (Kether) de l’Homme Primordial (Adam Kadmon). Après elle, la ligne s’étend et continue son chemin et s’enroule en un cercle et devient ainsi le cercle deux au sein du cercle un. Celui-ci est connu sous le nom de cercle de la Sagesse (Hokhmah) de l’Homme Primordial. La ligne s’étend alors à nouveau vers le bas, s’enroule et devient le troisième cercle au sein du second. Elle est connue comme le cercle de la Compréhension (Binah) de l’Homme Primordial. De cette manière, les cercles sont constitués les uns dans les autres, jusqu’au cercle dix, connu comme le Royaume (Malkuth) de l’Homme Primordial. Ici est révélée la nature des Dix Sephiroth, qui furent émanées au moyen de dix cercles mystiques concentriques. Tout cela est un aspect des dix Sephiroth, qui inclut automatiquement tous les aspects de tous les mondes ; mais en fait, il est expliqué que beaucoup de types de mondes furent émanés, créés et formés et faits par million ou myriades, tous au centre de l’espace vide avec Rien (Ayin) en dehors de lui.

Et vois que chaque monde a ses propres dix Sephiroth. Et chaque Sephira individuelle dans chaque monde est composée de dix Sephiroth distinctes. Chacune sous la forme d’un cercle, les uns dans les autres, sans fin et innombrables…

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • Tumblr

Génie tenant une fleur de pavot. Bas-relief du palais bâti par Sargon III à Dur Sharrukin, en Assyrie (actuelle Khorsabad, Iraq), v. 716–713 av. J.-C. Fouilles de Paul-Émile Botta en 1843–1844.