Skip to main content

L’Aïq Bekar ou Kabbale des Neuf Chambres

L’Aïq Bekar ou Kabbale des Neuf Chambres par Spartakus FreeMann

Nous présentons ici une traduction du chapitre XVI du Magus de Francis Barrett discourant sur les différents alphabets magiques utilisés par la Kabbale. Ce texte introduit la notion de « Kabbale des Neuf Chambres » déjà présente dans la Philosophie Occulte d’Agrippa ainsi que dans l’œuvre de Kircher. Francis Barrett, né probablement aux alentours de 1770-1780 à Londres, était un occultiste ayant étudié l’astrologie, l’alchimie et la magie. Passionné par les premiers hermétistes de la Renaissance, il rédigera son The Magus qui est largement inspiré par la Philosophie Occulte d’Agrippa.

Extrait du Magus de Barrett

Extrait du Magus de Barrett

Il y a encore une autre forme de caractères qui ne sont reçus que par révélation et que l’on ne peut découvrir par une quelconque autre manière ; leur vertu est révélée par la Divinité ; pour lesquels quelque secret exhale une harmonie d’une nature divine, ou ils sont, de toute éternité, des accords ou des associations en eux et nous. De cette sorte de caractères un signe fut révélé à Constantin et qui était : in hoc signo vinces ; il y en eut un autre révélé à Antiochius sous la forme d’un Pentangle qui signifie « santé ».