Par Spartakus FreeMann.

Le Commentaire des 70 Noms de Metatron

Ce commentaire est un texte manuscrit de Rabbi Néhémiah.

« Metatron est appelé Higron dont la guématria est ‘Ezer, car il ne peut rien faire si le Saint béni soit-Il ne l’aide pas… et tous sont interprétés dans le livre de Rabbi Néhémiah, fils de Salomon, bénie soit la mémoire des justes ».

« Dans les hauteurs, devant le trône de Gloire, la Menorah est suspendue et le grand prêtre, le prince de la face, y allume les étoiles. C’est ainsi que les étoiles sont faites. Chaque jour le soleil est frappé afin qu’il s’élève, mais il refuse de s’élever à cause des méchants qui l’adorent. Mais lorsqu’il est frappé, sept grands luminaires et étoiles émergent de lui comme la lumière du soleil durant le sept jours de la création. La Menorah a été montrée par le Saint, béni soit-Il, à Moïse ».

Dans ce Commentaire, nous lisons : « Alaliyah en guématria est Bore’o car il se saisit du monde entier dans son poing et il le suspend devant le Créateur ». « Tahsasiyah… en guématria est un juste qui vient à moi qui suis un juste qui suis un fondement du monde car il soutient le pilier qui est appelé justice et le monde entier souffre avec lui ». Et plus loin nous lisons : « Metatron porte le monde par sa grande force et il dépend du doigt de Dieu ».

Une invocation à Metatron

Invocation reprise du grimoire du Xe siècle l’Épée de Moïse dans lequel Metatron est signalé de manière cryptique sous le nom d’« Ange de la Présence ». Ce rituel a pour but d’appeler l’Archange de la Présence, l’Archange de la Shekhinah. Nous offrons ce rituel pour illustrer la place de la Kabbale pratique au travers des invocations basées sur l’utilisation des conjurations des puissances angéliques. Par soucis de clarté, et afin de ne pas induire en erreur le lecteur, nous avons remplacé les listes de noms divins par des [X].

Un des noms que l’on retrouve dans ce texte, אוזהיא, Ouz-haya se retrouve également dans le Traité des Grands Palais comme étant celui de Metatron (Hekhaloth rabbati, 28, 2). D’autres noms comme Sanigron sont mentionnés dans le Tikouné ha-Zohar ainsi que dans le Shi’ur Qomah. Enfin, le nom angélique « Yofiel », יופיאל, se trouve dans des centaines de textes kabbalistiques (dont le Zohar, folio 294b) comme étant un synonyme de Metatron.

« Rabbi Akiba demanda à Rabbi Eliezer le grand : « comment peut-on faire descendre l’Ange de la Présence (Sar ha-Panim, le « Prince de la Contenance ») sur terre afin de révéler aux hommes les mystères de l’En haut et de l’En bas, et sur les spéculations de la fondation des choses terrestres et célestes, et sur les trésors de la sagesse ? »

Il me dit alors : « Mon fils ! Je l’ai fait descendre une fois, et il a presque détruit le monde, car il est un prince puissant et plus grand que toutes les cohortes célestes, et il administre sans cesse devant le Roi de l’Univers, avec pureté et avec peur, car la Shekhinah est toujours avec lui »

Et il lui dit « Mon Maître, par la gloire que tu m’as conférée, je te conjure de m’instruire comment l’attacher à moi ». Et il répondit « En cette heure lorsque je désire m’attacher à lui et l’employer, je m’assieds et prie ce jour entier ; mais avant cela on doit se garder pendant sept jours de toute impureté nocturne, et on doit se laver dans un bain d’eau courante et ne pas parler pendant ces sept jours et à la fin de cette purification, on doit s’asseoir dans l’eau jusqu’à la gorge et dire la conjuration suivante : « Je te conjure, ange de la peur qui est employé afin de blesser ceux qui ne sont pas purs et propres et désirent les services de mes serviteurs célestes – Je te conjure au nom de קתת יה היה סננקקרותת הויה סניקקרותת הויה פפננה יהוה יה אנקס יהוה, qui est puissant sur tous, et règne sur tous et dont tout est entre les mains, que tu ne me fasses nul mal ou ne me terrifies pas, ni ne m’effrayes ; en vérité, au nom du tout puissant, chef de … »

« Après ceci, il peut commencer sa conjuration, car maintenant il s’est fortifié et s’est gardé avec le Nom de Dieu de 42 Lettres, devant qui tous ceux qui entendent tremblent et sont apeurés, et les hôtes célestes sont frappés de terreur. Il doit ensuite conjurer à nouveau et dire : « אדר נהו הי זז פצץ יה, chef, qui de tous les anges destructeurs, est le plus puissant et qui brûle, avec ce Nom et par cette manière, je t’appelle אוזהיא (Ouz-Haya), ange de la présence, ministre plein de jeunesse devant le Roi de l’Univers, qui est prince et chef des demeures célestes ; je te conjure et décrète sur toi que tu t’attaches à moi afin de remplir mes souhaits et d’accepter le décret de ma conjuration et d’accomplir mes désirs et mes souhaits, et de ne point m’effrayer, ni de me terrifier ; que je sois fortifié et puisse cette conjuration être efficace et que le Nom sacré soit dit par ma gorge… O magnifique et exalté, dont le Nom ineffable est יו הי גג הו היה עתרג הוזיה ממס יגג הי הי שצמס הי הו היה. A nouveau, je te conjure par les 14 Noms que tu as révélés à tes prophètes et qui sont : [X]. Je te conjure par ces quatorze noms par lesquels tous les secrets, mystères et signes sont scellés et accomplis et qui sont le fondement des cieux et de la terre. Quatre de ceux-ci sont gravés sur la tête des Hayyoth : le Seigneur des Puissances ; le Maître des Miracles ; le Maître de la Pureté ; et le Maître du Joug. Et quatre sont gravés sur les quatre côtés du Trône : [X], roi des rois. Et quatre sont gravés sur les quatre couronnes des Ofanim (roues) qui se tiennent devant les Hayyoth, comme il est dit : « Lorsque ceux-ci vinrent, ceux-là vinrent ; et lorsque ceux-ci se levèrent, ceux-là se levèrent » (Ezek. I, 21) ; et ce sont [X], qui est le plus puissant de tous ; [X], qui règne sur les habitants des hauteurs et dans les mains de qui tout repose. Et deux sont gravés sur la couronne de l’exalté Roi, et ceux-ci sont [X], devant qui tous les genoux plient et que tous louent ; [X], à côté de lui il n’y a aucun Dieu ni aucune aide.

Avec ces Noms je te conjure, et je te décrète de descendre rapidement à moi, X, fils de X, toi et non point ton messager. Et lorsque tu viendras ne détourne pas mon esprit mais révèle-moi tous les secrets et les mystères de l’en haut et de l’en bas et les secrets cachés d’en haut et d’en bas, et tous les secrets de la sagesse.

« Je t’invoque par le pouvoir des cinq Noms choisis auxquels seul un est supérieur et voici leur forme : [X]. Je te conjure par ces cinq noms qui correspondent aux cinq noms de Dieu dont les lettres sont écrites sur un feu brûlant et qui tourbillonnent autour du Trône de Gloire, l’un ascendant et l’autre descendant afin que les anges de la Présence ne les regardent pas et voici leur formes : [X]. Je te conjure par ceux-ci, puisque tu connais leurs prières qu’aucune bouche ne peut dire et aucune oreille entendre

Je t’appelle par la grandeur de ces Noms : [X], et en langue pure cela se lit ainsi : [X]. Je te conjure par la main droite de la sainteté et par son Nom bien-aimé : [X] et par son équivalent [X].

Béni soit le Nom de son glorieux royaume, à jamais, amen. Au Nom de [X], béni soit le nom de son royaume glorieux à jamais, amen. Au Nom de [X], Seigneur, très haut et très saint, au nom du Seigneur des Armées, au Nom du Seigneur d’Israël, au nom des Hayyoth et au Nom des roues du chariot, au nom de la rivière de feu, [X], et de tous ses ministres, et au nom de [X] qui s’est révélé sur le Mont Sinaï dans sa gloire et sa majesté. »

Metatron
Metatron. Archange de l’église des Gesuiti à Venise.

Metatron [2], Spartakus FreeMann, 2008-2009 e.v.

Lire la première partie de cet article.

Aimer c'est partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.