Par Rabbi Moshe Chaim Luzzatto

Porte 22 – Les notes de musique, les points voyelles, les couronnes et les lettres sont gouvernés par l’ordre des dix Sephiroth incluses dans le Nom Havayah et de ses expansions.

Note : lorsque les quatre lettres qui constituent le Saint Nom Havayah sont épelées pleinement (Maleh), le Nom Divin qui en résulte est une « expansion » (Miloui) du nom racine. Le Miloui de la lettre Yod (י) est constante, mais la lettre He (ה) peut être complétée soit par un Yod (הי) soit par un He (הה), tandis que la lettre Vav (ו) peut être épelée soit pleinement avec un Yod (ויו) ou un Aleph (ואו) ou sans aucune de ces lettres (וו). Des épellations différentes des lettres constitutives du Nom produisent différentes « expansions » (Miloui) ayant leurs Guématria, ou somme numérique, caractéristique propre. Les quatre expansions principales de HaVaYaH prennent leur nom de leur Guématria :

AV (עײב) : Yod (יוד) Hey (הי) Vyv (ויו) Hey (הי) dont la valeur numérique est de 72 ; SaG (סײג) : Yod (יוד) Hey (הי) Vav (ואו) Hey (הי) dont la valeur numérique est de 63 ; MaH (מײה) : Yod (יוד) Hea (הא) Vav (ואו) Hea (הא) dont la valeur numérique est de 45 ; BaN (בײן) : Yod (יוד) Heh (הה) Vv (וו) Heh (הה) dont la valeur numérique est de 52.

Toutes les diverses fonctions que l’on trouve dans les Sephiroth sont, sans exception, gouvernées par l’ordre des dix Sephiroth, cet ordre est constitué par les quatre lettres du Nom HaVaYaH, Béni soit-Il. Et c’est l’ordre qui gouverne les notes de musique, les points voyelles, les couronnes et les lettres au travers des quatre lettres et des quatre Noms contenus dans chacune de celles-ci.

La proposition contient deux parties : la première partie explique que les différents ordres tombent sous cet ordre général ; la seconde partie explique comment les notes de musique, les points voyelles, les couronnes et les lettres sont soumis à cet ordre.

Partie I : Toutes les fonctions trouvées dans les Sephiroth sont, sans exception, gouvernées par l’ordre des Sephiroth… Toutes les différentes catégories que nous distinguons dans les Sephiroth s’appliquent à tout. Ainsi, chaque Sephirah se répartit en dix Sephiroth, car chaque Sephirah et chaque partie de chacune des Sephiroth contient l’ordre entier du gouvernement (excepté si dans un cas particulier la Sephirah en question a plus d’influence). Ainsi, où que nous regardions, nous distinguerons immédiatement dix divisions correspondant aux dix Sephiroth. Même là où les lumières doivent se diviser afin d’apporter leurs fonctions, tout doit malgré tout provenir de cette décuple division. Chaque niveau se divise en d’autres niveaux individuels, mais en général ils se résument à dix niveaux.

… Et ceci est l’ordre des quatre lettres du Nom, Béni soit-Il. Les quatre lettres du Nom HaVaYaH, Béni soit-Il, contiennent les dix Sephiroth selon leur division essentielle dans les cinq Partzufim. Ainsi, la tête du Yod est Arikh Anpin (Kether) tandis que son corps est Abba (Hokhmah). Le premier He est Imma (Binah), le Vav est Zeïr Anpin (Hessed-Guebourah-Tiphereth-Netzah-Hod-Yessod) alors que le He final est la Nukvah (Malkuth).

Partie II : Et ceci est l’ordre qui gouverne les notes de musique, les points voyelles, les couronnes et les lettres au travers des quatre lettres… Les notes de musique, les points voyelles, les couronnes et les lettres sont des fonctions séparées, dont chacune émerge de sa source particulière. Toutes sont gouvernées par un ordre supérieur, qui est celui du Nom HaVaYaH, béni soit-Il… et des quatre Noms… AV, SaG, MaH et BaN, qui sont les quatre expansions du Nom qui correspondent aux quatre lettres contenues dans chacun. Chacun des quatre niveaux – les notes de musique, les points voyelles, les couronnes et les lettres – contient les quatre lettres racines du Nom et les quatre expansions de AB, SaG, MaH et BaN. ainsi, chacun de ces quatre niveaux étend un ensemble complet de dix Sephiroth qui sont contenues dans les quatre lettres et les quatre Noms que nous avons mentionnés.

RaMHaL – Les 138 Portes de la Sagesse. Rabbi Moshe Chaim Luzzatto

La vie, Marc Chagall, 1964.